Forum de la Compagnie médiévale Armati.Peregrini
forum,médiéval de la compagnie Armati Peregrini
démonstration initiation à la vie d'un campement et à l'escrime
Forum de la Compagnie médiévale Armati.Peregrini

Ce site est réalisé pour nos membres et toutes personnes qui désire apprendre, connaitre le Moyen Age.L'histoire, La vie d'un campement, du paysan jusqu'au Chevalier, vous avez des Suggestions, Explications, Connaissances, Apprentissages
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
BONJOUR A TOUS, les cours se donnent les samedis/dimanches après midi
Heures et jours à définir en fonction agenda cours à remplir
COURS à NOVILLE/MEHAIGNE

Partagez | .
 

 Archer et L'Archerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin Armand
Admin
avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 01/07/2013
Age : 43
Localisation : Ramillies

MessageSujet: Archer et L'Archerie   Mer 18 Sep - 23:29

voici un lien pour ceux qui désire faire l'archerie
(à vous aussi de vous documenter et d'enrichir notre site pour que tous profitions aussi d'enrichir nos connaissances)

http://archers.odon.pagesperso-orange.fr/histoire_et_traditions.htm

L'arc est une arme de jet destinée à lancer des flèches. Il est constitué principalement d'une pièce courbe flexible qui emmagasine et restitue l'énergie comme un ressort, et d'une corde qui permet l'armement de l'arc (tension du « ressort »), puis la transmission de l'impulsion à la flèche lors de la détente.
Un homme qui tire à l'arc est un archer, une femme est une archère. Ce mot désignait autrefois un combattant (le plus souvent à pied) dont l'arc était l'arme principale ; la célèbre bataille de Crécy (26 août 1346) illustra le rôle des archers anglais (ou yeomen) équipés de longbow.

Histoire du tir à l'arc.
Utilisation originale utilisant le principe de deux arcs opposés pour constituer une sorte de baliste (« Arcuballista » ), Chine, XVe siècle

Il est difficile de dater l’apparition de l’arc ou de la flèche, car leur bois et leur corde se décomposent assez vite. La plus ancienne flèche trouvée date de -10800 (Stellmoor, Allemagne du Nord). Néanmoins, la petite taille de certaines pointes découvertes à Gravette, fait penser que l’arc existe depuis au moins 20 000 ans.
De nombreux types d'arcs ont été employés, tant pour la guerre, que pour la chasse, les arcs les plus courts étant plus particulièrement destinés aux archers à cheval.
Quelques arcs historiques :
type asiatique (arcs mongols, turcs, etc.) : arcs traditionnels de chasse ou de guerre, reconnaissables à la forte courbure des branches, et leur petite taille. Ce sont des arcs composites constitués de corne, de bois et de tendons
type amérindien (chasse et guerre) : arcs reconnaissables à leur forme de type « flatbow ».
type africain : à venir
Certaines civilisations utilisaient des dispositifs dits de réduction d'allonge permettant d'utiliser des flèches plus courtes et donc plus légères avec une portée supérieure : c'est le cas du siper des archers ottomans à partir du xviie siècle.
L'arc a été modifié avec une puissance développée, pour donner par exemple l'arbalète ou les balistes, puis des arcs surpuissants grâce à l'utilisation de poulies à axe décentré.
Anathème
L’arc et l’arbalète étaient des armes si redoutables par leur force et si dangereuses par la facilité à s'en servir, que le deuxième concile du Latran, tenu en 1139, les anathématisa.

Types d'arcs
On peut différencier les arcs d’après leurs formes, mais aussi d'après leur apparition historique ou géographique. On les tire en droitier ou en gaucher, c’est-à-dire en tenant l'arc de la main gauche (droitier) ou de la main droite (gaucher), suivant que l’œil directeur est celui de droite ou de gauche.
Actuellement, les arcs les plus courants sont :
L'arc long ou longbow
l’arc classique ou recurve (type retenu pour les jeux olympiques)
l’arc à poulies ou arc compound. L'avantage de ce dernier est de réduire l'effort de maintien de l'arc bandé let-off, sans pour autant diminuer la puissance de l'arme.
Pour l'arc traditionnel japonais voir Yumi/
La « puissance » d’un arc (en réalité la force nécessaire à le maintenir armé pour un arc classique ou la force maximale nécessaire pour l'armer pour un arc à poulies) est indiquée sur la branche du bas en livres-force. Plus précisément il s'agit d'une force nominale, qui correspond à la réaction de l'arc pour un armement à une allonge de 28 pouces (71,12 cm). Si l'allonge de l'archer est plus petite la force de réaction sera plus petite (comme un ressort mais non linéaire). Par exemple, un arc de 35 livres n'aura qu'une réaction réelle de 24 livres si l'archer a une allonge de 22 pouces (ces chiffres varient d'un type de branches à l'autre).
L'énergie transmise à la flèche est le produit de la force exercée par la distance parcourue pendant qu'elle est appliquée (encore l'allonge de l'archer). La force exercée est elle-même un peu moindre que celle qui a été nécessaire pour armer l'arme, du fait des pertes de rendement (une partie de l'énergie sera absorbée par l'arc et le tireur, sous forme de vibrations et mouvements parasites)

Longbow
Arc long anglais.
Le Longbow anglais, dit le Grand Arc en français, est en fait d'origine Galloise. Sa forme est droite et il mesurait plus de 2 mètres au Moyen Âge lorsqu'il était destiné à un homme de taille moyenne (environ 1,65 m).
Sa forme transversale en D est caractéristique. La partie plate se positionne côté cible (c'est le dos de l'arc), la partie arrondie face au tireur (c'est le ventre de l'arc).
Comme la quasi totalité des arcs avant 1950, il ne possède pas de repose-flèche. On pose la flèche sur la main, d'où l'obligation de ne tirer que des flèches "ligaturées" (on enroule un fil autour du fût et de la base des plumes afin que leurs pennes ne risquent pas de pénétrer sous la peau lors du tir).
La notoriété du longbow vient du fait qu'il est directement responsable des victoires anglaises pendant la guerre de cent ans. En effet, les rois anglais engageaient les archers de façon massive (5 000 à Azincourt, 12 000 à Crécy) tandis que les rois français préféraient engager un plus petit nombre d'arbalétriers mercenaires étrangers (500 à Azincourt). Or un bon arbalétrier tire difficilement plus que 4 carreaux en une minute alors qu'un bon archer tire 12 à 15 flèches. À Azincourt, 2 000 carreaux à la minute ne pouvaient rivaliser avec 75 000 flèches à la minute!
On peut noter par contre que l'arbalète est plus appropriée pour la défense des châteaux : elle utilise moins d'espace, le tireur est à l'abri des flèches ennemies peut prendre le temps de viser et la petite taille des carreaux permet d'en stocker 2 fois plus que de flèches dans un château. Le Longbow est plutôt une arme offensive, l'arbalète plutôt une arme défensive.
Avec un longbow puissant (plus de 100 livres), la portée maximum avoisine 260 mètres, à 200 mètres une flèche peut pénétrer une cotte de maille, à 100 mètres une armure.
Les meilleurs Longbows sont en if (Taxus Baccata). La propriété de cet arbre est d'avoir un cœur qui accepte la compression (donc on le positionne au ventre de l'arc), et un aubier qui accepte l'extension (donc on en laisse une partie au dos de l'arc). Ainsi l'arc est plus souple, casse moins et autorise une plus grande allonge, donc une plus grande puissance et une plus grande portée.
Comme tous les arcs en bois épais, il nécessite un rodage progressif avant de pouvoir supporter une grande allonge. On doit le cirer régulièrement pour le protéger du soleil, de la pluie et des insectes xylophages (aujourd'hui, on le vernit).
La quantité d'if disponible en Angleterre devenant vite insuffisante pendant la guerre de cent ans, on le réservait en priorité aux nobles anglais (certains appréciaient l'arc pour la chasse et les loisirs) et on en importait d'Espagne et d'Italie. Les hommes plus ordinaires utilisaient plutôt des Longbows en orme (meilleur second choix de bois) et les archers de guerre se contentaient souvent de frêne.

Richard Cœur de Lion
en 1196, le mercenaire Lambert Cadoc blesse Richard Cœur de Lion lors du siège de Gaillon2.
Le 23 mars 1199 Le chevalier Pierre Basile blesse à nouveau Richard lors du siège de Châlus Chabrol. Richard meurt le 6 avril 1199, suite à cette blessure.
Bataille d'Azincourt (1415)
Lors de la bataille d'Azincourt en 1415, les archers, à l'abri de positions fortifiées, harcèlent le corps de bataille français qui tente de répondre par un assaut frontal. Embourbée et désorganisée, l'armée française subit de lourdes pertes.

_________________
phoenicis ego renati, scies te morientem
Revenir en haut Aller en bas
http://http://armanddelokeren.wikeo.be/
 

Archer et L'Archerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la Compagnie médiévale Armati.Peregrini  :: CAMPEMENT :: Métier, Occupation, Activité-